Archives par mot-clé : Polar

Maryland

 

matthias-schoenaerts-maryland

 

Je ne savais pas grand-chose du nouveau film d’Alice Winocour (réalisatrice d’Augustine et coscénariste de Mustang) avant d’y aller, si ce n’est qu’il y aurait donc Matthias Schoenaerts (dont je n’ai pas vu beaucoup de films mais qui me semble, pour l’instant, se cantonner pas mal aux rôles de brutes épaisses taiseuses) et Diane Krüger au générique, cette dernière jouant encore (et c’est un exploit, de faire ça pendant près de quinze ans) les trophy wives d’un homme riche et forcément plus âgé qu’elle, sur lequel elle n’aurait probablement pas posé le regard dans des circonstances économiquement moins favorables. Je n’étais pas hyper emballé mais il n’y avait pas grand-chose que j’avais envie de voir et que je n’aie déjà vu en salles ce week-end, alors je me suis lancé, me disant que me faire un film français de temps en temps ne pouvait pas me faire de mal. Maryland ce fût, donc.

Continuer la lecture de Maryland

Cold in July

cold in july poster

Je suis un public assez facile, mais il y a une astuce narrative pour laquelle je tombe toujours : l’histoire qu’on n’avait pas vu venir et qui devient la seule chose qui nous intéresse, alors qu’on était parti, en début de film, sur une première histoire qui n’avait rien à voir. Les fausses pistes, c’est a priori une petite fainéantise de scénaristes qui veulent gagner du temps et prendre un peu le spectateur pour une bille. Mais moi, j’adore me faire balader, quand c’est bien fait et justifié. Et dans Cold in July, c’est bien fait. Les comparaisons, sur l’affiche, avec Tarantino et les frères Coen, sont un peu concons, vu qu’en termes d’ambiance ça n’a rien à voir (à part quelques fulgurances de violence, que ces réalisateurs gèrent de toute façon très différente), mais si ça peut attirer des spectateurs en salle, ce n’est pas si mal.

Continuer la lecture de Cold in July